ACTUALITÉS

Annonce : Une société basée à Nice recherche brodeuse sur machine Cornely.  Compétences demandées : il faut être droitier(ère), être bon(ne) en dessin et aimer la création. (Et avoir envie de vivre à Nice  – ce qui n est pas du tout désagréable! ) Contact : Madame HUCK (0614920974)


A partir du 01 avril 2019

“Broderies de Lunéville sous ombrelle” 

Les accessoires de mode ont une place indiscutable dans la parure tant féminine que masculine. On peut distinguer deux grandes catégories : les accessoires portés par le corps et ceux, moins nombreux, tenus à la main. Dans cette seconde catégorie, aux côtés de l’incontournable ‘sac à main’, vient l’accessoire créé d’une nécessité de longue date : se protéger des éléments avec ombrelle et parapluie ! Si ce dernier fait partie intégrante de ‘nos vies’, l’ombrelle est empreinte d’une connotation d’objet désuet. Il est vrai qu’elle a connu des époques glorieuses, quand le bronzage était le privilège malheureux des classes laborieuses.. Elle résiste bien jusqu’à la première guerre, puis sombre dans un certain sommeil. A noter que ce sont les femmes, par l’usage de l’ombrelle, qui ouvre la voie à l’emploi par tous du parapluie, dans les dernières décennies du 18ème siècle.

L’ombrelle, le retour ? Elle semble en effet avoir le vent en poupe depuis quelques années. elle est devenue un produit « must have » complémentaire pour la saison estivale. Même si c’est au Japon que cette dernière est une véritable star, la France se laisse aller à cette nouvelle tendance. A l’image de l’ombrelle elle-même, discrète dans l’univers de la mode, notre exposition s’appuyant toujours sur les broderies de Lunéville, verra cet accessoire ‘illustrer’ nos présentations 2019.

Ombrelles anciennes mais aussi contemporaine, avec le concours de la Maison Pierre VAUX.

 

23 mars 2019

Réception donnée en clôture de la mission confiée à Nozomi, jeune artiste en devenir, dans le cadre d’une opération Résidence d’artiste.

Dans les grandes lignes, une Résidence d’artiste est un lieu qui accueille un ou plusieurs artistes pour que celui-ci ou ceux-ci effectuent un travail de recherche ou de création, sans qu’il n’y ait d’obligation de résultat. La création sera facilitée grâce à la mise à disposition d’un lieu de vie et de création, des moyens financiers, techniques et humains.  L’artiste est invité à réaliser une création spécifique ou bien à poursuivre son travail de recherche et de création. Il peut, et parfois doit, réaliser une création individuelle ou collective. L’artiste peut parfaitement créer une œuvre de son choix, mais plus souvent, l’artiste doit illustrer un thème, ou intégrer son œuvre dans un programme prédéfini par la résidence.

C’est dans ce dernier cas que Nozomi a pu exprimer son talent et appliquer son savoir, en précisant qu’elle est ancienne élève de l’école de broderie d’art du Conservatoire. L’oeuvre collective a consisté à la création et réalisation d’une collection de trois robes brodées de jeunes filles. Notre jeune artiste à été globalement impliquée dans l’ensemble du projet, mais surtout en totalité en ce qui concerne la réalisation des broderies. Encadrée par Aude Remy, Maître de stage à l’Ecole de Broderie d’art du Conservatoire, elle a bénéficié du concours d’intervenants externes,  Laurent Séguin, pour les suggestions quant aux motifs destinés à orner les créations, et Maryvonne Forget, dans le domaine de la couture. Elle s’est parfaitement acquittée de sa mission et nous lui souhaitons un bel avenir  dans cette discipline.

Toute l’équipe est en pensée avec elle, dans son retour chez elle, à Tokyo !

 


2018 : Année du 20ème anniversaire de ce Conservatoire, le

POINT   DE   LUNEVILLE

est mis à l’honneur.

Gros plan sur le ‘POINT DE LUNEVILLE’ dont la broderie perlée et pailletée de Lunéville lui doit ses origines.

L’année 2018 est, pour le Conservatoire des broderies de Lunéville, une année marquante. En effet, c’est en juin 1998 qu’il a ouvert ses portes au Château de Lunéville. Depuis, un long et important travail a permis de faire du Conservatoire des broderies de Lunéville cette institution aujourd’hui de ‘référence’, tant dans la valorisation du patrimoine ‘Broderie de Lunéville‘, que dans la transmission du savoir faire. C’est au niveau international que le nom de ‘Lunéville‘ intimement lié à ‘broderie‘, est ainsi propagé.

Le ‘Point de Lunéville‘, technique ancestrale, doit en effet au Conservatoire des Broderies d’avoir été sauvé de l’oubli, et voir ainsi son savoir-faire désormais se transmettre sous l’impulsion de Aude Remy, au sein de l’Ecole de broderie d’art de ce Conservatoire, et en être la spécificité.
Véritable valeur patrimoniale, il sera en bonne place dans la présentation 2018, qui verra ‘nos broderies‘ sur le devant de la scène. Patrimoine d’abord, avec présentation de robes et pièces de différentes époques, pour conclure avec la broderie de Lunéville contemporaine : la broderie perlée et pailletée, illustrée par excellence par la Haute Couture. Métier d’art de la mode ensuite : brodeur; les visiteurs pourront ainsi apprécier ce lien intime, avec démonstration, moment d’échange pouvant conclure quelque fois sur une piste professionnelle pour les jeunes.
Force est de constater que Lunéville dispose d’un formidable et délicat patrimoine :  ses broderies. Bien présentes dans la mémoire collective régionale, c’est une des motivations du reste qui a contribué à l’idée même de création d’un conservatoire. Aujourd’hui soutenu par nombre de Maisons de haute Couture, d’artisans d’art de la mode, le Conservatoire des broderies de Lunéville est parrainé par monsieur Francis Huster, Marie Christine Adam et d’autres personnalités du monde du spectacle.
Si nous devions extraire un impact marquant de ces vingt ans de travail, il concernerait l’identité même de notre broderie perlée. Aujourd’hui elle s’est réappropriée sa véritable identité, que le temps avait fini par ‘oublier’. :’Broderie de Lunéville‘.

MUGLER

En pratique

Le Conservatoire des Broderies

est ouvert tous les jours, sauf mardi

Hiver : 14 h 30 à 17 h 00

Été     : 14 h 00 à 18 h 00

Entrée libre

03 83 73 56 86  –  03 83 74 48 13